logo-343x202.pngLe secteur des déchets est un marché porteur (si les mafias italiennes et japonaises s’y collent dans ces pays, ce n’est pas pour rien). Pour Eco-systèmes, organisme français à but non-lucratif qui s’occupe de la collecte de déchets électriques électroniques (DEEE), l’année 2015 marque une croissance record de la collecte de ceux-ci! La bonne nouvelle est donc que le geste de « rapporter pour recycler » s’ancre dans les habitudes, et se substitue à la collecte des encombrants organisée par les villes ou la déchetterie, car ces deux solutions gèrent le dépôt des déchets mais pas le recyclage !

Selon des chiffres dévoilés le 4 février dernier, Eco-systèmes a collecté et recyclé plus de 460 000 tonnes de DEEE, soit l’équivalent de 9 kg par habitant (contre 7,4 kg en 2014). Cette progression est en partie due au déploiement d’Eco-systemes dans de nouvelles collectivité (33.000 tonnes) et la création de nouveaux “canaux de collecte” comme les meubles verts ou le développement des collectes de proximité (57.000 tonnes), où des agents viennent près de chez vous récupérer vos appareils et vous éviter le transport de ceux-ci jusqu’à un point de collecte, un magasin ou la déchèterie.

Communiquer et sensibiliser pour stimuler la collecte

Après un démarrage couronné de succès en 2006, Eco-système a remarqué une stabilisation du volume de collecte des DEEE entre 2011 et 2014, alors que la problématique “déchets” était de plus en plus prégnant. Il fallait redynamiser la collecte, diversifier es points d’entrée et inciter les particuliers à adopter de nouveaux gestes, notamment celui d’apporter ou faire reprendre ses appareils usagés par le magasin. Eco-systèmes a donc pensé les fameux meubles verts, souvent disposés à l’entrée de commerce, et soutenu leur développement par des campagnes de communication qui semblent avoir porté leur fruit.
DSC_0292.JPG Parallèlement, l’organisme a mis en place, avec l’aide d’acteurs de l’économie circulaire (Emmaüs, réseau Envie), des collectes de proximité dans de grandes villes comme Paris, Lyon, Toulouse.

Recycler Made in France

En 2016, Eco-systèmes souhaite poursuivre ses efforts pour développer la collecte et garantir un recyclage de qualité.

Car le travail de l’organisme ne s’arrête pas à la collecte, qui s’apparente à récupérer une matière première, il vise ensuite à recycler de manière correcte, durable et écologique le plastique, notamment. Le problème du recyclage, actuellement, est le devenir des matières que l’on ne peut pas recycler, car trop polluant ou dangereux, et qui sont « valorisées énergétiquement » (comprendre incinérer) ou enfouies (comme les déchets nucléaires). Si d’autres pays européens, comme l’Allemagne, ont fait le choix d’exporter leurs déchets dans des pays peu regardants sur la sécurité environnementale et sanitaire, il semble qu’Eco-systèmes ait à cœur de proposer un recyclage optimal, en France, où les conditions de travail sont contrôlées.

Depuis plusieurs années, l’organisme développe différents projets de recherche sur le recyclage des plastiques, pour susciter une dynamique d’économie circulaire. DSC_0107_8.JPG

Ma centrale vapeur en plastique recyclé : une démarche et un défi à 3!

En effet, recycler, c’est bien, mais encore faut-il trouver un usage à cette nouvelle matière première ! L’objectif d’Eco-systèmes est de favoriser l’utilisation de plastique collecté et recyclé dans la filière par des fabricants d’équipements électriques et électroniques. Eco-systèmes, le Groupe SEB, qui a fait depuis longtemps le choix de faire en France, et Veolia, sont entrés dans une démarche d’échanges tripartites pour mettre en place ce projet de « boucle fermée ». Désormais le groupe SEB pense et développe des produits, conçus avec du plastique recyclé par Veolia sur son site d’Angers à partir d’équipements électriques usagés collectés par Eco-systèmes et ses partenaires.

centralevapeur-rowenta.jpgAinsi, la centrale vapeur de la marque Rowenta (Groupe SEB) est partiellement produite à partir de plastique recyclé. Le défi pour les concepteurs est de dessiner un produit sombre, comme les granulés issus du recyclage sont foncés : gris anthracite ou noir (personnellement, je trouve ça très élégant, voire même un bon argument marketing pour nos amis les hommes).

Ce premier appareil ménager ecoconçu à partir de plastique recyclé démontre qu’il est possible de mettre en œuvre en France, des processus “boucles fermées” (où le déchet redevient une matière première) avec de bénéfices non-négligeables :

  • limiter les quantités de déchets,
  • trouver une alternative économiquement viable au pétrole
  • maintenir des emplois en France.