Salon Marjolaine : à la découverte des trésors de la ruche avec Catherine Ballot-Flurin

10 novembre 2016
Auteur: admin

Salon Marjolaine : à la découverte des trésors de la ruche avec Catherine Ballot-Flurin

Incontournable parmi les salons bio, Marjolaine se tient actuellement et jusqu’au 13 novembre à Paris, comme à son habitude au Parc Floral, avec une sélections dithyrambiques d’invités à écouter au fil des 130 conférences et ateliers organisés lors de cette 41ème édition du Salon sur le thème de l’abeille.

 

Catherine Ballot-Flurin fait partie de ces personnes qui se sont accrochées à leurs idéaux et réussissent à les imposer. Que fait-elle ? Elle produit du miel, sur son terrain au pied des Pyrénées, et d’autres trésors de la ruche. Mais, en vérité la question n’est pas ce qu’elle fait, mais comment elle le fait : avec le respect des abeilles, une humilité et une sincérité qui impressionne. Il faut la voir présenter ses ruchers, et sa manière d’aborder les abeilles, sans protection, sans enfumoir, à mains et bras nus, pour récolter du miel. Tout le miel ? “Certainement pas!” vous dira-t-elle, le miel, comme la gelée royale ou la propolis sont indispensables aux abeilles et leur retirer leur moyen de subsistance, c’est stresser l’ensemble de la ruche qui doit continuer à surproduire pour le besoin des hommes ».

La philosophie de Catherine Ballot Flurin, l’apiculture douce ® (car oui c’est un terme déposé afin de lui donner un cadre précis, dans le respect des abeilles et de la nature), naît de l’échange avec les abeilles, l’homme doit se mettre à la portée des abeilles et accepter ce qu’elles leur donnent.

Selon ce principe, elle pratique un « yoga des abeilles » depuis toute petite. A 10 ans, elle observe le père Vincent Ekeng, moine, dans le jardin de ses parents qui se meut au milieu des abeilles. A présent, elle organise des stages pour faire découvrir cette pratique peu conventionnelle. Selon Catherine Ballot-Flurin, les stagiaires viennent chercher la découverte du langage des abeilles « par le calme et le lien avec soi-même, on peut entrer en communication avec le petit peuple des abeilles. Elles ont beaucoup à nous apprendre pour développer la vie et la santé sur la terre et en nous. »n

Petits conseils pour choisir son miel

Milles excuses pour les végan(e)s que cela choquerait. Pour les autres, ceux notamment qui considèrent le miel avec bienveillance, et l’envie d’encourager les bonnes pratiques apicoles, pour le bonheur des abeilles et les bienfaits que les produits de la ruche peuvent apporter, nous avons demandé à Catherine Ballot Flurin quelques conseils pour bien choisir son miel. Au-delà de l’aspect gustatif, du pouvoir sucrant naturel du miel, il concentre les vertus des fleurs pour lutter contre les petits maux, et notamment ceux à l’approche de l’hiver. Le miel a de tout temps été considéré comme le premier alicament, et en plus, nos papilles en raffolent !

« Les miels foncés comme le miel de châtaignier, de forêt, de sapin et de chêne vert sont généralement plus riches en minéraux et en flavononïdes (NDLR :des anti-oxydants présents naturellement dans les plantes, qui auraient des effets protecteurs contre les maladies cardiovasculaires et potentiellement, les cancers, mais cela reste à démontrer). »nAfin de choisir son miel, le meilleur pour la santé, il faut réunir les critères suivants, indispensable selon Catherine Ballot-Flurin :

  • être récolté en respectant les abeilles sans les tuer et les brusquer, car le miel transmet le message de stress des abeilles
  • être bien mûrs : 45 jours de mûrissement dans la ruche sont nécessaires.
  • être bio : pas de traitement dans la ruche ni sur les fleurs butinées.
  • provenir d’abeilles nourries sur les fleurs sauvages et non pas au sucre.
  • être extrait et conditionné sans chauffage.

Ce n’est pas toujours évident d’avoir les informations adéquates, alors, on profite de visite chez des petits producteurs, qui pourront vous expliquer leur métier, et ainsi on pourra jauger des méthodes et s’ils adhérent à l‘apiculture douce ®, le bio (évidemment), et s’ils respectent leurs abeilles.

5 miels à privilégier cet hiver

Pour un hiver sans petits maux et tout en douceur, voici quelques miels indispensables à conserver dans ses placards :

  • Le miel de montagne ou de forêt pour les maux de gorge
  • Le miel d’acacia pour aider à la digestion
  • Le miel de châtaignier pour le sport et le renforcement
  • Le miel d’arbousier comme antibiotique naturel
  • le miel de tilleul pour mieux dormir

Catherine Ballot-Flurin interviendra sur le Salon Marjolaine (5 au 13 novembre prochain) à l’occasion d’une conférence sur la beauté par les produits de la ruche, le vendredi 11 novembre à 11h30 (Spécial mincir et anti-rides : la cuisine minceur et jeunesse des abeilles). De nombreux autres intervenants seront également là pour parler l’apithérapie sous toutes ses formes, puisque les abeilles sont un des thèmes phares de cette 41ème édition du Salon. Suivez le programme et bon salon !

Enregistrer

Enregistrer