Quels labels choisir pour les produits cosmétiques?

Auteur: aboneobio

Il n’est pas évident de s’y retrouver face aux nombreux labels dans le domaine des produits cosmétiques. Ce label est-il meilleur que celui-ci? Quelle différence entre les labels naturels et bio pour les produits cosmétiques? Voici quelques pistes pour vous aider à choisir le label le plus adapté à vos cosmétiques.

quels labels bio choisir en cosmétiques

Commençons avec un chiffre, d’après Natexpo, le marché des cosmétiques bio en France en 2018 a représenté 450 millions d’euros.* Actuellement, ce marché est en pleine expansion. De plus en plus de marques se revendiquent comme naturelles en s’appuyant sur de nombreux logos.

La norme et les labels pour les produits cosmétiques

Pour commencer, parmi les nombreuses certifications nous pouvons les classer en deux catégories :

  • La norme s’entend comme un ensemble de références précises, qu’un fabricant doit respecter pour être déclaré conforme à un certain niveau d’exigence. En France, les normes sont administrées par l’AFNOR (Association française de normalisation). Dans le secteur des cosmétiques, il existe notamment la norme ISO 16128 largement controversée. Aboneobio vous l’a présenté dans un article rédigé à la sortie de cette norme en 2017. Depuis nous la voyons fleurir notamment au près de marques de cosmétiques de luxe vendues en parfumerie. Le problème ? Des ingrédients controversés et soupçonnés d’être nocifs pour la santé sont acceptés : OGM, Silicone et phénoxyethanol peuvent donc être dans la composition. De plus, aucun pourcentage minimum d’ingrédients bio n’est imposé.
  • Le label vient s’appuyer sur un cahier des charges. Il peut être certifié ou non. En effet un label qui vient s’appuyer sur une certification signifie qu’un contrôle par organisme certificateur indépendant a été effectué. Cela permet de vérifier que le cahier des charges est bien respecté. En général un label vient donner des garanties supérieures aux exigences de la réglementation. Ce pourquoi, on peut y voir des ingrédients interdits, des obligations de pourcentage d’ingrédients bio et ou naturels.

En conclusion, il faut déjà bien distinguer un label, d’une norme et d’une certification.

Cosmébio

Commençons par Cosmébio qui est une association créée en 2002 composée de plus de 460 entreprises de cosmétiques, 580 marques et plus de 13 000 produits labellisés dont la marque Coslys fait partie.

L’association propose 2 cahiers des charges sur lesquels les fabricants peuvent s’appuyer:

cosmos organiccosmos natural

Ces cahiers des charges COSMOS ont vu le jour grâce au travail collectif mis en place par plusieurs associations européennes : Cosmébio (France), Ecocert (France), la Soil Association (Royaume-Uni), ICEA (Italie) et le BDIH (Allemagne).

  • Cosmos natural exige 95% d’ingrédients d’origine naturelle dans le produit.
  • Cosmos organic impose 3 critères : 95% d’ingrédients d’origine naturelle dans le produit, 95% minimum d’ingrédients bio pour les ingrédients qui peuvent être bio comme le lait ou la cire d’abeille. Et enfin, 20% minimum d’ingrédients bio (ou 10% pour les produits rincés) sur le total du produit.

D’autre part, chaque année, un certificateur indépendant est mandaté pour contrôler les produits. Si les critères sont toujours conformes aux cahiers des charges alors les labels sont renouvelés. Dans ces conditions, cela permet de protéger le consommateur du greenwashing de certaines marques et de garantir des produits cosmétiques réellement naturels et bio.

D’autant que dans ce cahier des charges les process de fabrication et l’emballage sont aussi encadrés.

 

Natrue

natrue

Natrue est née en 2007 de l’association de plusieurs marques : Wala, Weleda, Laverana, Primavera, Logocos et CEP. L’association impose que les produits contiennent des ingrédients naturels. Il existe trois niveaux de certification : Natural, Natural with organic et Organic. Le premier niveau Natural impose que tous les ingrédients doivent être d’origine naturelle. Pour Natural with organic 70% des ingrédients qui peuvent être bio doivent l’être. Et pour le dernier niveau Organic, il s’agit de 95% des ingrédients naturels qui peuvent être bio doivent l’être.

Le cahier des charges du label contrôle les ingrédients, la formulation et le processus de fabrication. Parmi ces critères, il garantit que les produits ne contiennent pas d’ingrédients issus de la pétrochimie ou encore d’OGM. L’emballage doit également être limité et l’utilisation de matériaux recyclables, recyclés ou renouvelable est encouragé. De plus, 75% des produits d’une gamme de la marque doivent être certifiés par le cahier des charges pour que le label soit attribué à l’ensemble de la gamme. A noter que des organismes de certifications indépendants délivrent également le label.

Nature et progrès

nature-et-progres

En 1972, Nature et progrès a créé le premier cahier des charges alimentaire sur la production biologique en France. Le label pour les produits cosmétiques exige quant à lui que l‘ensemble des ingrédients végétaux soient issus de l’agriculture biologique. Seuls trois conservateurs sont acceptés. L’ensemble des autres ingrédients de synthèse ne sont pas autorisés. A noter que le label n’est plus reconnu par l’Etat français depuis 1995 notamment parce qu’il n’est pas contrôlé par un certificateur indépendant. Cependant il est validé au niveau mondial par l’IFOAM (International Federation of Organic Agriculture Movements). Par ailleurs, pour que la marque soit labellisée Nature et progrès, 70% des produits doivent être labellisés par celui-ci.

 

Finalement, Abonéobio vous conseille de vous fier aux labels de l’association Cosmébio qui garantissent des produits  bio et naturels. Les 3 marques de cosmétiques disponibles sur Abonéobio : Coslys, Lilas blanc et Les couleurs de Jeanne sont toutes les trois certifiées par Cosmébio selon le cahier des charges COSMOS.

Sources

*https://natexpo.com/le-salon/le-marche-des-produits-bio/

https://www.cosmebio.org/fr/

https://www.60millions-mag.com/2019/07/30/cosmetiques-bio-ca-veut-dire-quoi-ce-logo-15412

A LIRE AUSSI SUR ABONEOBIO

Norme ISO 16128 : Cosmébio décrypte une liste INCI, et ce n’est pas joli joli

Que valent les nouveaux labels alternatifs au bio?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *