Ne laissons pas Eric Dupin se faire presser le citron !

Auteur: admin

Parce qu’un internaute a publié un lien relatant une rumeur au sujet d’un acteur français, ce même acteur a porté plainte contre Eric qui est convoqué en référé au Tribunal de Grande Instance de Paris.

Tout le monde connaît Eric Dupin alias Presse-Citron. Eric est également webmaster de Fuzz.fr, un site de partage de favoris.

Eric est accusé, tel un délinquant, pour un lien qu’il n’a ni rédigé, ni relayé.

La blogosphère se mobilise pour dénoncer cette dérive procédurière !

Soutenons le Presse-Citron !
Recommandé par des Influenceurs

Voilà donc une nouvelle affaire après celle des « entreprenautes« 

3 réponses à “Ne laissons pas Eric Dupin se faire presser le citron !”

  1. fanette dit :

    Oui, il y a d’autres bloggeurs qu’Eric qui sont accusés, c’est lamentable de la part de cet acteur de second rang !!!

  2. ghis dit :

    On se croise, je suis justement entrain d’écrire un billet sur le mm sujet 😉

  3. anthony dit :

    Bonsoir,

    je suis l’un des journalistes citoyens du site Surf The Info. Nous sommes dans la même situation qu’Eric Dupin. L’acteur en question nous demande 35 000 euros. C’est la mort assurée de ce journal citoyen crée en Septembre dernier. Ce site ne génère pas d’argent, au contraire, il en perd 300 euros par mois en frais de serveur! Autant dire qu’il est impossible de continuer l’aventure.Si au moins l’acteur en question et son avocat nous avaient mis en demeure, nous aurions retiré l’article en question immédiatement. rappelons nous de la jurisprudence Laure Manaudou. Son avocat avait demandé aux blogueurs de retirer sous 48 h les photos nues de la nageuse et tout le monde s’était éxécuté.Qu’on ne me dise pas que l’honneur de l’acteur en question a été altéré par ces articles lorsque l’on sait que ces modestes blogs ne dépassent pas la centaine de lecteurs. S’agit-il d’une affaire mercantile? Les avocats voient-ils dans le web 2.0 une nouvelle poule aux oeufs d’or alors que pratiquement personne en France n’arrive à en vivre? Je trouve cette histoire triste à pleurer, absurde, grotesque. Nous allons voir demain et le mercredi 26 devant le TGI de Paris des petits artisans du web sur le banc des accusés. Drôle de justice…