L’acné la plaie des ados

30 octobre 2008
Auteur: admin

acné, bien plus qu’un problème cosmétiqueL’aspect de la peau a une influ­ence primordiale sur le bien-être de l’adolescent et sa confiance en soi. Le jeune adulte se sent gêné et perturbé par ses comédons et sa peau à problèmes qui ne demande qu’à être soignée.L’acné est une affection des follicules pileux, petites poches cutanées longilignes à l’in­térieur desquelles se forment les poils. Si ces follicules pileux produisent un surplus de sébum et de cellules cornées, alors que, simultanément, ­certaines bactéries cutanées se multiplient excessivement, les pores se bouchent. Les comédons, de petits boutons à la tête blanche ou noire, sont les premiers signes annonciateurs de l’acné qui débute généralement vers l’âge de 12 à 13 ans. Par la suite, une inflammation des follicules peut povoquer de petites pustules rouges ou des boutons jaunes. Les garçons sont plus souvent touchés que les filles.Les soins adaptésUne acné légère se traite par voie externe, avec des produits de soin complémentaires. Un lait nettoyant ou une mousse permet de libérer les pores de l’excès de sébum. Ensuite, une lotion sans alcool nettoie la peau en profondeur. Des crèmes non grasses ou des gels rafraichissants à base d’actifs désinfectants combattent la prolifération bactérienne et préviennent d’éventuelles irritations. Leurs subs­tances exfoliantes régulent la formation de cornée au niveau des follicules. Les bâtons désinfectants se révèlent fort utiles pour soigner ponctuellement les impuretés locales et l’effet couvrant des sticks de couleur chair permet au jeune de se sentir mieux dans sa peau.Généralement, l’état de la peau s’améliore au bout d’un à deux mois. Le léger dessèchement cutané qui peut survenir en début de traitement prouve l’efficacité des produits.Cette approche précoce et persévérante permettra d’éviter la formation de cicatrices et d’une acné plus sévère qui, elle, nécessiterait un traitement plus lourd avec des médicaments puissants administrés par voie orale et prescrits par un dermatologue.Nicole Liechtiacné, bien plus qu’un problème cosmétiqueL’aspect de la peau a une influ­ence primordiale sur le bien-être de l’adolescent et sa confiance en soi. Le jeune adulte se sent gêné et perturbé par ses comédons et sa peau à problèmes qui ne demande qu’à être soignée.L’acné est une affection des follicules pileux, petites poches cutanées longilignes à l’in­térieur desquelles se forment les poils. Si ces follicules pileux produisent un surplus de sébum et de cellules cornées, alors que, simultanément, ­certaines bactéries cutanées se multiplient excessivement, les pores se bouchent. Les comédons, de petits boutons à la tête blanche ou noire, sont les premiers signes annonciateurs de l’acné qui débute généralement vers l’âge de 12 à 13 ans. Par la suite, une inflammation des follicules peut povoquer de petites pustules rouges ou des boutons jaunes. Les garçons sont plus souvent touchés que les filles.Les soins adaptésUne acné légère se traite par voie externe, avec des produits de soin complémentaires. Un lait nettoyant ou une mousse permet de libérer les pores de l’excès de sébum. Ensuite, une lotion sans alcool nettoie la peau en profondeur. Des crèmes non grasses ou des gels rafraichissants à base d’actifs désinfectants combattent la prolifération bactérienne et préviennent d’éventuelles irritations. Leurs subs­tances exfoliantes régulent la formation de cornée au niveau des follicules. Les bâtons désinfectants se révèlent fort utiles pour soigner ponctuellement les impuretés locales et l’effet couvrant des sticks de couleur chair permet au jeune de se sentir mieux dans sa peau.Généralement, l’état de la peau s’améliore au bout d’un à deux mois. Le léger dessèchement cutané qui peut survenir en début de traitement prouve l’efficacité des produits.Cette approche précoce et persévérante permettra d’éviter la formation de cicatrices et d’une acné plus sévère qui, elle, nécessiterait un traitement plus lourd avec des médicaments puissants administrés par voie orale et prescrits par un dermatologue.Nicole Liechti

Les commentaires sont fermés.