La journée mondiale des toilettes, le manque d’assainissement tue des enfants, l’ONU réagit

18 novembre 2008
Auteur: admin

C’est tellement commun de passer aux toilettes chaque jour qu’on en oublie l’essentiel : l’absence d’assainissement et d’hygiène provoquent des maladies (diarrhés..) qui tuent 5 000 enfants par jour ! Pour réduire cette mortalité infantile (enfants de moins de 5 ans) des deux tiers d’ici à 2015, implique que l’assainissement deviennent une réelle priorité dans les stratégies de développement et d’urgence, nationales et internationales. Un fond mondial pour l’assainissement a d’ailleurs été créé par les Nations Unis le 14 mars 2008 pour que la problématique de l’eau soit accompagnée systématiquement du traitement de la problématique des toilettes. Une personne sur six n’a pas accès à l’eau potable et un tiers de l’humanité ne dispose pas de services sanitaires de base. En clair, 2,6 milliards de personnes font leurs besoins dans la nature, sans intimité, sans se laver les mains, sans traitement des rejets qui viennent ensuite polluer l’eau …

Demain, le 19 novembre sera la « Journée mondiale des toilettes« , une journée de mobilisation au coeur d’une année 2008 déjà déclarée par l’ONU comme  » l’année internationale de l’assainissement « , pour alerter les médias et les décideurs sur un sujet peu mobilisateur et pourtant d’ampleur internationale.

Plus de 3 millions d’enfants meurent à cause des maladies liées à l’environnement, et demain bien plus encore !

Au fait, c’est quoi l’assainissement ?

C’est la possibilité pour les populations d’avoir accès à des dispositifs de base (toilettes, fosse/système d’égout) permettant la gestion des rejets domestiques que sont les excréments et les eaux usées des ménages (eaux de cuisine, de lavage et d’hygiène corporelle), selon la définition de La Coalition Eau, qui a lancé une campagne  » Les toilettes, une question de dignité » (voir la carte postale créée à envoyer au Maire de sa commune)

Quels sont les freins au développement de l’assainissement ?

  • C’est un sujet tabou, de l’ordre de la sphère intime
  • Les coûts : le financement de l’assainissement n’est pas rentable
  • Ce n’est pas perçu comme une priorité pour le particulier : besoin non ressenti, pas d’argent pour cet investissement supplémentaire que représente l’installation de latrines

Voir d’autres articles sur Abonéobio sur les actions de solidarité portant sur l’hygiène, la santé, pour les populations du Sud :

++ Plus de 3 millions d’enfants meurent à cause des maladies liées à l’environnement, et demain bien plus encore !
++ ECHOPPE du microcrédit au programme alimentaire
++ Qu’a t’ on fait pour la planète en 2007 ?
En France aussi nous avons du travail à faire sur l’hygiène et l’accessibilité à un service de toilettes propres. Personnellement je suis particulièrement agacée par les communes qui ne proposent pas de toilettes publiques propres pour tous les visiteurs ! Quelle image de marque honteuse nous donnons parfois aux étrangers qui nous rendent visite. Je me demande comment font ces personnes quand elles reçoivent des invités dans leurs maisons ?

5 réponses à “La journée mondiale des toilettes, le manque d’assainissement tue des enfants, l’ONU réagit”

  1. Akä dit :

    J’allais justement poser cette question des toilettes sèches: « accès à des dispositifs de base (toilettes, fosse/système d’égout) », mais quid des filtres plantés, quid du compostage? Je fais partie d’un jardin associatif et éducatif pour lequel nous avons installé des toilettes à litière biomaîtrisée, à la fois faute d’autre solution et parce que c’était conforme à notre ligne associative, or la plupart des gens font l’autruche dès qu’il s’agit de vider les bacs: tant que nous n’aurons pas un rapport moins tabou à nos propres fonctions excrétoires, comment assumer des modes de traitement réellement durables?

  2. popelina dit :

    merci de partager cette information – très importante avec nous. a bientôt!

  3. Abonéobio dit :

    L’hydre aux Cépahles > je crois qu?il est important de réveiller la conscience des naifs (comme moi). J?ai plutôt vu le discours sur l?assainissement et la malnutrition. J?ai aussi vu le reportage hier soir sur Arte (très intéressant) qui amène à réfléchir sur le rapport à l?eau et la main mise des grands groupes (yes Nestlé et coca sont pointés mais pas que..). Pour ce qui est de ma conception de toilettes : il ne s?agit pas forcément de la vision occidentale avec eau intégrée 🙂

  4. L'hydre aux cépahles dit :

    Vous avez décidé de relayer l’initiative onusienne sur les toilettes à eau.Peut-être est-ce parce que c’est l’ONU (quiconque a un peu d’expérience dans le développement revient très critique sur l’action de cette intouchable institution…) que je suis suspicieux.

    Je trouve que le message ressemble étrangement au discours du conseil mondial de l’eau Il paraît qu’hier il y avait un documentaire sur Arte à propos de la gestion de l’eau. Evidemment, ca tape sur Nestlé, Coca… mais aussi ledit conseil mondial de l’eau.

    Et pour cause ! La vision des « toilettes » par les industriels de l’eau est typiquement industrielle, typiquement occidentale. Ce message (de compassions) : « c’est indécent que des millions d’Africains ne puissent pas tirer la chasse d’eau » est pourtant dérangeant.

    C’est vrai que nous avons ici chez nous une gestion de l’eau tellement rationnelle… Que nous avons un rapport aux toilettes tellement « normal ». Je veux bien sûr parler du fait qu’on balance 30 litres d’eau potable pour des petits pipis ou une vaisselle. Bref, comme l’eau est ici en (relative) abondance, on a adopté un mode vie complètement inepte et le pire est que nous cherchons à l’exporter, avec la même foi qui animait jadis les évangélisateurs apportant l’amour du Christ.

    Je vais un peu loin ?Peut-être.

    Mais pourquoi le discours sur le site de cette journée est-il aussi flou: confusion entre « environnement », « assainissement », « décent », « toilettes » ?

    Pas un seul moment on ne dit « toilettes à eau ». Peut-être parce que ca tombe sous le sens pour l’occidental moyen. Je dis cela avec d’autant de regret que l’association Ashoka que j’apprécie énormément fait partie des partenaires…

    Je crois qu’on entretient (involontairement) une telle confusion pour mieux justifier les interventions des industriels de l’eau. Une fois de plus, les bonnes intentions « développementistes » font un beau cheval de Troie pour le neo-colonialisme.

    Qu’il faille se préoccuper des conditions d’hygiène dans les pays du Sud, c’est une évidence. Mais chaque terrain, population est unique et a ses solutions.

    Si vous trouvez que je suis illuminé, je vous invite tout de même à lire ce que disent les universitaires (Gilber Rist par exemple) sur le développement et la conception occidentale.

    Demandez aussi l’avis des gens comme eco-toilettes qui promeuvent les toilettes sèches (je ne dis pas que c’est LA solution mais ca me parait plutôt adapté dans les pays où il y a peu d’eau. Mais bon, même les pays du Golfe ont droit au golf…)

    Je ne vais pas continuer à vous choquer sur d’autres sujets relatifs aux toilettes (la nécessité de se cacher comme sur l’image ici, alors qu’il suffit d’aller visiter les ruines d’Ephese pour voir que les toilettes peuvent être collectives, conviviales, politiques et donc pas du tout honteuses.) Mais bon, chaque chose en son temps. Puisse cet email avoir au moins fait poser quelques questions.

    L’hydre aux céphales !

  5. Abonéobio dit :

    Popelina > bienvenue sur ce blog