Dents, dentifrices et fluor

27 novembre 2008
Auteur: admin

Les prescriptions systématiques de fluor remises en cause

dents.jpgL’Agence du médicament révèle que les prescriptions systématiques de fluor aux enfants de moins de six mois paraissent désormais inutiles. Par la suite, ces prescriptions doivent s’apprécier en fonction du risque individuel de l’enfant.

L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, l’Afssaps, a rendu publique hier une « actualisation » de ses recommandations de 2002. Ainsi, alors que conformément à ce qui avait été demandé en 2002, de nombreux praticiens prescrivent de façon systématique du fluor aux jeunes enfants, de la naissance jusqu’à 2 ans, l’Afssaps revient sur cette décision en révélant que cette prescription s’avère « désormais inutile avant l’âge de six mois ».

Par ailleurs, « au-delà de six mois, l’usage de fluor doit être modulé en fonction du risque de carie de l’enfant, en complément du brossage quotidien des dents ». L’agence ajoute que « l’efficacité protectrice maximale est obtenue grâce à des apports faibles mais réguliers de fluorures dans la bouche ».

Ainsi, en cas de « faible risque », le brossage régulier, 2 fois par jour, des dents avec un dentifrice fluoré dès 3 ans devrait suffire. En revanche, en cas de risque plus fort, un complément fluoré peut s’avérer nécessaire.

Bénéfique? à très faible dose

Le fluor est considéré comme bénéfique pour les dents. A très faibles doses, le fluor protège des caries grâce à un important effet cariostatique induit par sa fixation durant l’organogenèse (formation) des couronnes dentaires sur l’émail dentaire (certains cristaux d’hydroxy-apatite y sont remplacés par des cristaux de fluoro-apatite, plus résistants à la carie). Cependant, des surdosages faibles peuvent induire une fluorose dentaire, c’est à dire l’apparition de taches disgracieuses sur les dents.

http://www.observatoiredescosmetiques.com/article/Le-fluor-s-il-en-faut…-c-est-point-trop-!-43.html

Le fluor est-il indispensable dans un dentifrice ? Oui, affirme une partie des experts : c’est le seul actif reconnu pour prévenir les caries. Pas forcément, répondent d’autres experts : trop de fluor peut provoquer une maladie des dents, la fluorose, se manifestant par l’apparition de taches blanches ou jaunâtres sur les dents. Or, on a beaucoup d’occasions d’être en contact avec cette substance, par le biais de certains aliments ou des ustensiles de cuisine par exemple…Le débat sur la pertinence de la présence de fluor dans les dentifrices n’est pas tranché. Il s’articule autour de deux questions.Peut-on prévenir la survenue de caries par d’autres moyens qu’en ayant recours au fluor ?Il existe effectivement en cosmétiques d’autres actifs réputés pour lutter efficacement contre la plaque dentaire (le « nid » des caries). On peut citer : * le xylitol * la propolis * l’huile essentielle d’anisÀ noter que si un adulte peut assurer une parfaite hygiène buccale grâce à des brossages sérieux (trois minutes minimum) et réguliers (après chaque repas) avec toutes sortes de dentifrices, le fluor semble rester indispensable pour les enfants, surtout s’ils ne maîtrisent pas encore au mieux le geste un peu technique que nécessite l’usage d’une brosse à dents.

Le dentifriceLe tube de pâte à tartiner les dents se fait antitartre, anticarie voire antiâge. Mais sa triple action ne fait pas sourire la planète.Le 29/01/2009, par Cire , Louise Allavoine * * 3 colonnes * moins * plus * moins * plushttp://www.terra-economica.info/a4212.htmlQuiz : après l’avoir aplati avec précaution et roulé avec minutie, où êtes-vous censé jeter votre tube de dentifrice ? A : avec les épluchures de carotte et les pots de yaourt. B : par la fenêtre. C : avec le carton et les bouteilles d’eau. Tic tac, tic tac? dring dring ! Tous ceux qui ont répondu B sont condamnés à trois mois de travaux d’intérêt écologique. Quant à ceux qui ont choisi C, ce sont des écolo-utopistes. Car le tube de dentifrice appartient à la famille des déchets ménagers. Si l’étui en carton se recycle, le tube, lui, finit sa course à l’incinérateur. Il est pourtant composé de plastique et d’aluminium, des matières a priori recyclables. « Mais ce n’est pas vrai pour tous les plastiques, explique Anne de Lander, de l’organisme Eco-Emballages. Seuls ceux des bouteilles et des flacons (1) bénéficient de filières de retraitement. Les produits comme le dentifrice ne représentent pas suffisamment de matière pour que leur recyclage.Fluor ou pas fluor ?En France, 190 millions de doses de dentifrices se sont vendus dans les grandes surfaces entre novembre 2007 et novembre 2008, pour un chiffre d’affaires de 353 millions d’euros, selon l’institut d’études statistiques Nielsen. Et les fabricants ont mille idées marketing pour remplir les rayons des supermarchés. La pâte aromatisée peut devenir « bien plus qu’un dentifrice » comme le scande la pub, en s’adaptant à tous les âges et s’attaquant à tous les problèmes buccodentaires : antitartre, anticarie, gencives sensibles, blancheur, triple action et même antiâge. Ces différences de formulation sont-elles justifiées ? « Le plus important pour l’hygiène buccale, c’est le brossage. Lui seul permet réellement de lutter contre la plaque dentaire, répond la dentiste Charlotte Eurin, à Paris. Le dentifrice permet d’assainir l’haleine et d’apporter des éléments comme le fluor.Mais attention, en excès, celui-ci peut être toxique. C’est pour cela qu’il se trouve en plus petite quantité dans les tubés destinés aux enfants qui avalent systématiquement le dentifrice. » Fluor ou pas fluor ? La question fait débat dans le milieu dentaire. Néanmoins, la loi française ne l’autorise qu’à un taux maximum de 0,15 % dans le produit fini.Pourtant, ces substances sont à déconseiller car elles peuvent être irritantes indique la journaliste allemande Rita Steins, auteur de La vérité sur les cosmétiques : « La cavité buccale, ses muqueuses et la langue sont un milieu très sensible qu’il ne faut pas agresser sans raison sérieuse par des « armes » chimiques », alerte-t-elle.Autre ingrédient controversé selon elle : le triclosan. Ce bactéricide pourrait engendrer des nitrosamines, lesquelles substances sont classées cancérigènes par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais pas seulement. Le triclosan passe des tuyaux de la salle de bains jusque dans les cours d’eau. Des scientifiques britanniques en ont ainsi retrouvé dans les rivières de Grande-Bretagne. Ses effets de perturbateur endocrinien ont été observés sur des amphibiens. De plus, il s’accumule dans le corps des poissons sans s’éliminer.Pépins de pamplemoussePour garder l’haleine fraîche sans empoisonner le monde aquatique, il reste l’alternative écolo. En France, l’association professionnelle Cosmébio garantit la composition naturelle des produits cosmétiques tels que le dentifrice. Ils sont constitués à 95 % minimum d’ingrédients d’origine végétale issus de l’agriculture biologique pour le label Bio et à 50 % minimum pour le label Eco. « Nos dentifrices sont extra doux pour la bouche. Ils contiennent des huiles essentielles, des extraits de plantes, des poudres minérales naturelles et excluent tous les produits issus de la pétrochimie. Le thé vert ou les pépins de pamplemousse, par exemple, préviennent les infections et purifient la bouche », vante Amanda Chevilliat, responsable de la communication chez Melvita. La première marque française de cosmétique biologique propose 4 dentifrices, disponibles uniquement dans les enseignes biologiques, entre 5 et 6 euros pièce. Trop cher ? Il est encore possible de faire son dentifrice soi-même (lire ci-contre). Autre avantage : l’emballage devient inutile et donc plus besoin de s’interroger sur la poubelle adéquate.Recette de brossage maisonVoici comment réaliser votre propre dentifrice fraîcheur menthe verte.Une recette testée par Terra Economica : équipez-vous d’un bol et armez vous d’un mini fouet. Remplissez le bol de 20 g de carbonate de calcium, ajoutez de 2 pointes de couteau de poudre de racine d’iris, 30 g d’argile blanche, 2 g de bicarbonate de soude et 0,8 g de poudre de chlorophylle. Reste à allonger avec de la menthe poivrée bio sous forme d’hydrolat (46 ml) et d’huile essentielle (6 gouttes) ainsi que 25 gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse. Touillez le tout soigneusement afin d’obtenir un mélange homogène. Transférez dans un flacon. Tartinez votre brosse à dents avec parcimonie.Cette recette a été réalisée avec des ingrédients Aroma-Zone sur une proposition de Sophie Macheteau, auteure de 90 recettes de beauté bio à faire soi-même« La vérité sur les cosmétiques », le site de la journaliste Rita SteinsL’association professionnelle de cosmétique écologique et biologique CosmebioAteliers de cosmétique biologique avec la société Bionessence

—————————————————————————————————–http://www.femininbio.com/index.php?option=com_content&task=view&id=123&Itemid=37

Laurence Wittner fait le point sur les dentifrices. Apprenez comment brosser vos dents sans forcément abuser du fluor ! Il lave les dents, assainit le milieu buccal, rafraîchit l’haleine et prévient l’apparition des caries? sans pour autant qu’il soit nécéssaire d’abuser du fluor. C’est une évidence mais ça va mieux en le disant : une bonne hygiène buccale dépend d’abord des brossages consciencieux et multi-quotidiens. Actifs aux saines propriétésPour rendre la brosse à dents plus efficace, la pâte dentifrice peut s’enrichir des propriétés de différentes matières premières 😕 L’argile : riche en minéraux, elle renforce l’émail et stabilise le pH de la bouche, créant ainsi un milieu buccal défavorable à la prolifération des caries.? Le sel marin : ses oligo-éléments tonifient les gencives.? La silice et le carbonate de calcium : ce sont des abrasifs, ils polissent l’émail en douceur.? Les huiles essentielles : celle d’anis agit contre les agents responsables de la plaque dentaire, celle de citron est recommandée pour apaiser les saignements des gencives et blanchir l’émail, celles de menthe et de persil assurent une haleine fraîche, celles de thym et de sauge ont une action anti-microbienne et assainissent le milieu buccal, celles de girofle et de camomille ont des propriétés antiseptiques? Attention au fluor
On nous le répète depuis qu’on est tout petit : le fluor, c’est bon pour les dents. Son principal intérêt est de renforcer l’émail et la dentine, aidant ainsi à prévenir l’apparition de caries. Mais en trop grande quantité, il peut provoquer une fluorose, maladie qui se manifeste par des tâches jaunes ou blanchâtres sur ces dents qu’il est censé protéger. Or, on a beaucoup d’occasions d’avaler du fluor, par exemple en buvant l’eau du robinet, en mangeant certains aliments qui en contiennent ou en sont enrichis (sel, céréales de petit déjeuner?). Et un comité d’experts l’affirmait en 2001 : en France, on ne risque pas de surdosage? au contraire ! Est-il vraiment nécessaire alors d’ajouter une source supplémentaire de fluor par le biais du dentifrice.

Doses maximales conseilléesC’est la loi qui le dit : aucun dentifrice ne doit contenir plus de 0,15 % de fluor. Pour le reste, tout dépend de l’âge du propriétaire des dents.? Pas de fluor du tout avant 2 ans : l’enfant est alors incapable de bien recracher le dentifrice et risque une intoxication.? Moins de 500 ppm (partie par million) pour les enfants de 3 à 6 ans.? De 1000 à 1500 ppm au delà de 7 ans : c’est la limite maximale pour les cosmétiques.? Plus de 500 ppm seulement pour les adultes : le dentifrice devient alors médicament et est prescrit dans le cadre d’affections très particulières.

La teneur en fluor doit obligatoirement être mentionnée sur l’emballage du produit : vérifiez celle de votre dentifrice !

Les commentaires sont fermés.