De la moquette à partir de fibres recyclées de filets de pêche

6 juillet 2011
Auteur: admin

La moquette jetée à la fin d’une exposition ou d’un salon, reste encore pratique courante. Et pourtant il faut consommer de la matière première pour fabriquer des dalles de revêtements qui ne serviront que quelques heures ou jours. Cette année l’équivalent de 30 millions de mètres carrés de moquettes pourraient finir à la décharge en Europe ou incinérées. D’autant que la moquette est un revêtement toxique et polluant. Et si concevait des moquettes à partir de fibres recyclées pour équiper nos bureaux et nos maisons écolos ? Le leader de la moquette en dalle a relevé le défi en lançant sa gamme Biosfera éco conçue, en cycle fermée. L’origine de la matière première provient soit du recyclage de précédentes dalles, soit de filets de pêche en fin de vie. Il faut savoir que l’usage de fibres vierges implique un traitement à base de pétrochimie, représentant 50 % de l’empreinte écologique de la moquette. Le nylon est le matériau qui émet le plus de gaz carbonique. Se passer de fibres vierges permet donc d’économiser la ressource, de réduire les déchets et de limiter l’impact sur la planète. Le procédé appelé ReEntry 2.0 permet de traiter les dalles les plus communément utilisées en Europe en utilisant 4 fois moins d’énergies. La société InterfaceFLOR est actuellement la seule sur le marché pouvant assurer une fabrication industrielle à partir d’un recyclage « à l’identique ». Espérons que d’autres fabricants feront de même !
n
ninterfaceflor moquette recyclée compensation carbone
n
nLa société participe actuellement au programme expérimental d’affichage environnemental. Il faut dire que depuis 1995 elle a mis en place un programme de reprise des produits, permettant de réduire leur propre impact sur l’environnement, évitant ainsi à 91 000 tonnes de moquette de finir à la poubelle. A noter que la sous couche de ces dalles de moquettes contient également des matériaux recyclés et que la pose ne nécessite pas d’adhésifs. D’ici 2020 InterfaceFLOR s’engage à une absence totale de déchets (cf son site : http://waronwaste.interfaceflor.eu/fr/). La société a économisé 433 millions de dollars en lançant des initiatives permettant déjà de réduire de 80 % la quantité de déchets envoyés en décharge. En plus, grâce à son programme appelé Cool Carpet elle s’engage sur des dalles de moquettes neutres en carbone (programme de compensation de toutes les émissions de gaz à effet de serre liées à l’ensemble du cycle de vie du produit : l’extraction des matières premières, la fabrication, le transport, l’utilisation, la maintenance et la mise au rebut ou le recyclage..)
n
n
n
nA quand une loi qui impose aux fabricants qui mettent sur le marché un produit, comme de la moquette, d’être aussi responsables de la gestion de leur fin de vie ?
n
nPhoto extraite de la campagne Once upon a Tile
n
nEt pour nettoyer vos moquettes pensez à utiliser un produit nettoyant moquette écologique ! (ravive et détache les tissus, moquettes, tapis, abats jour. S’utilise sur tous les types de matériaux : faïence, skaï, PVC, carrelage, linoléum, sols vitrifiés, les bois protégés…)

2 réponses à “De la moquette à partir de fibres recyclées de filets de pêche”

  1. Ludo dit :

    Une entreprise exemplaire à bien des égards.
    nPortrait du fondateur d’Interface : http://www.80hommes.com/80?portra

  2. Laure dit :

    Les dalles de moquette citées ci-dessus, ne sont pas l’ennemi des asthmatiques et allergiques, bien au contraire! La moquette favorise le maintien des poussières et particules au sol. Lorsque l’on utilise un sol dur, les poussières se remettent dans l’air à chaque passage et sont donc à hauteur de respiration… ce qui perturbe les allergiques.
    nBien évidemment, il faut entretenir la moquette régulièrement. Par ailleurs, les acariens aiment les lieux chauds (+ de 25°), humides (75%) avec de la nourriture (squames de la peau) pour se développer, l’association de ces 3 facteurs est rarissime dans les espaces tertiaires (bureaux, magasins…) où ce type de moquette est souvent posée. Pour un acarien retrouvé sur la moquette, des millions vivent dans notre lit! Or, la moquette focalise l’attention. De nombreux tests sont réalisés par des laboratoires compétents pour évaluer le taux d’acarien sur la moquette : il s’avère qu’après un an ou 10 ans d’installation, les moquettes InterfaceFLOR présentent un taux d’acarien inférieur au seuil de sensibilisation…