Ces applis anti-gaspi qui changent la vie

20 octobre 2016
Auteur: admin

Ces applis anti-gaspi qui changent la vie

Le gaspillage, c’est mal et ça coûte cher à tout le monde : 10 millions de tonnes de produits gaspillés, 16 milliards d’euros de pertes et un impact carbone estimé à 15,3 millions de tonnes de CO² pour la planète! (chiffres : Date Limite)

Agir contre le gaspillage c’est déjà être écolo, sans forcément être adepte du bio. Pour preuve, des start-up tentent d’inciter aux bons gestes : gourmands, économiques et écologiques.

Ces applications proposent de mettre en relation les consommateurs (et plus) avec des points de vente à proximité pour les encourager à consommer les invendus plutôt que de les jeter ou de les “javelliser”. Si la grande distribution s’y met depuis quelques années sous l’impulsion d’idées innovantes pour faire vendre les moches, les frais à date limite rapprochées ou juste faire changer les mentalités, les commerces de bouches voient aussi leurs intérêts à vendre moins cher, mais vendre tout de même, les surplus de la journée. De belles start-up voient ainsi le jour dans les capitales européennes, et notamment en France!

 

OptiMiam

La pionnière des applis qui mettent en relation les commerçants de bouche, et cocorico!, elle est française! OptiMiam a commencé avec des divers commerçants du coeur Parisien (7è arrondissement) avant d’étendre sa couverture à toute la France, en ciblant les bassins urbains (Lyon, Bordeaux), étudiants (Rennes) ou proche de l’écologie (Nantes).

Mise en service : octobre 2014

Points de collecte : à Paris surtout, mais de plus en plus en province, dont Lyon (depuis l’été 2016) et NantesnTypologie : tout commerce alimentaire : du restaurant à la boulangerie en passant par le rayon alimentaire de chaînes de magasins. OptiMiam a séduit les franchises comme Pomme de Pain, La Brioche Dorée ou Subway (liste non exhaustive) et quelques supermarchés comme Spar, Simply ou Casino.

Géolocalisation : oui mais pas obligatoire. Si vous êtes en mode géolocalisé, des alertes vous arrivent sur votre portable dès que des produits sont disponibles chez les commerçants les plus proches.

Offre : Il suffit de réserver sur l’application, puis de se présenter en magasin pour payer et emporter sa commande. En plus des produits à prix réduit, l’équipe commerciale d’OptiMiam a développé l’OptiBox, une box à un prix plus qu’intéressant préparée par les commerçants et vendues exclusivement pour les utilisateurs de l’application.

Social Attitude : excellente. La start up est présente sur presque tous les réseaux sociaux (de facebook à Linked in et Instagram) pour faire parler d’elle. Elle a même organisé une campagne de crowdfunding à ses débuts pour se payer un triporteur et améliorer sa mobilité.nDes opérations relayées sur les réseaux sociaux se suivent et se poursuivent. En Octobre, c’est un repas pour 1 Euro dans le 10è arrondissement de Paris.

Bonus : l’OptiTeam a gagné l’Expérience Client d’Or au Grand Prix de l’Innovation Digitale 2016.

Too Good To Go

Inspiré par le frenchie OptiMiam ou une idée similaire née à quelques milliers de kilomètres dans la tête d’une entrepreneure militante… telle est la question. Cependant, Too Good To Go (TGTG) vient renforcer le maillage français de ces restaurants qui préfèrent brader que de jeter. Une aubaine pour les petits budgets, même si on peine à sortir de l’intramuros, par contre, idéal pour les globe-trotters écosensibles!

Mise en service : novembre 2015 au Danemark; juin 2016 en France

Points de collecte : Partout en Europe (et même 1 à Taiwan), là où une équipe TGTG développe le principe. La France fait mine d’une bonne élève avec une cinquantaine de points de collecte référencés à Paris en moins de 6 mois, pour autant à Oslo, loin derrière Londres (plus de 100 restaurants) et surtout Copenhague et ses près de 150 points de collecte référencés.

Typologie : tout commerce de bouche : du restaurant à la boulangerie, dont des haut de gamme comme les points de vente d’Eric Kayser, ou les branchées comme Costa Coffee. On trouve également chez Too Good To Go de nombreux commerces atypiques : bio, local, vegan, sans gluten… dont les enseignes Exki pour les Hauts de France.

Géolocalisation : oui. Elle n’est pas obligatoire mais il est beaucoup long et fastidieux de vérifier chaque enseigne sur un portable. Offre : A la manière des ventes flash, vous passez commande et payez en ligne dans le commerce que vous souhaitez (et selon disponibilité). L’avantage étant évidemment de pouvoir régler en ligne et de ne pas avoir à sortir sa monnaie ou sa carte bleue chez le commerçant, quant à lui certain de ne pas avoir de “restes” pour la journée!

Social Attitude : Très bonne. Comme pour OptiMiam, l’application s’est développé autour d’une clientèle jeune, autant intéressée par des bons plans que sensibilisée à la cause “déchets”.

Date Limite

C’est la petite nouvelle des applis anti-gaspi ! A la différence des deux précédentes, elle ne cible pas que les magasins de bouche mais tous les commerçants ayant des denrées alimentaires périssables, avec un slogan : “la criée numérique”. C’est un jeune studio de jeux vidéo et d’applications innovantes, co-créateur du concept «OSAISONS 3 en 1», qui commercialise en circuit court des produits frais dans la région de Nantes.

Effervescent Games, la start-up co-créatrice du concept «OSAISONS 3 en 1», qui commercialise en circuit court des produits frais dans la région de Nantes, vient de finir sa première levée de fond participative sur Ulule. Elle s’occupe actuellement au développement de l’application grâce 104% de son objectif atteint avant la “date limite”!

Mise en service : à venir (mais toujours gratuite, sur mobile et internet)

Typologie : Business to Business : toutes entreprises, les producteurs locaux de fruits et légumes, même en gros, tous commerces alimentaires.

Offre : Date Limite cible les produits avant leur date limite de vente mais surtout les surproductions ou les surplus. L’application ne proposera jamais sur de produits ayant atteints la date limite. Elle souhaite être présente sur les marchés de France, notamment Rungis, le plus grand marché de France. A l’inverse d’Optimiam ou TGTG, qui vise directement les consommateurs, les clients de Date Limite sont essentiellement les marchés de gros et les producteurs locaux, même si la start-up est en négociation avec quelques communes de Seine-Saint-Denis pour développer le commerce de proximité, ainsi que quelques coopératives et divers groupements de producteurs.

Ce petit tour d’horizon ne saurait être exhaustif sans citer des applications comme Fresh Me Up, ou Phénix deux applications (ou plateformes) qui permettent de gérer des invendus. Phénix s’occupe plus particulièrement de transmettre de la GMS vers des associations caritatives, alors que Fresh Me Up (en phase de lancement également) permet aux restaurateurs et les associations d’avoir une vue sur les invendus et le déstockage des commerçants partenaires.

Depuis 2014, que de chemin parcouru vers la fin du gaspillage alimentaire ! Et ce n’est apparemment pas fini !

Enregistrer