L’eau potable une denrée rare au Cap

Auteur: aboneobio

Les 4 millions d’habitants du Cap vivent une période de peur et d’inquiétude. Après 3 ans de sécheresse, la ville risque de connaître le « Jour zéro » à savoir plus d’eau potable à partir du 11 juin prochain.

Le « jour zéro », ce jour où les réserves d’eau seront insuffisantes

Sécheresse dans le désertLorsque l’on parle du  « jour zéro » on parle du jour où les réserves d’eau potable de la ville du Cap atteindront le 13.5% de leur capacité. La ville est actuellement alimentée grâce à des barrages. Mais victime d’une des plus forte sécheresse depuis un siècle, les réserves risquent de ne pas être suffisantes. Depuis novembre, ce jour n’a cessé d’évoluer: 13 mai, puis 12 avril et aujourd’hui 11 juin…les fait sont là. Ce jour va malheureusement arriver car la saison des pluies n’est attendue que pour le mois de mai. Sans savoir si la saison sera bonne.

 

 

Toutes les solutions pour économiser l’eau sont mise en place

eau du robinetOn en parle en France depuis peu  mais voici déjà plusieurs années que le sujet inquiète en Afrique du Sud.

La ville a notamment réduit de moitié sa consommation d’eau et fait des forages dans des nappes aquifères. Elle a aussi demandée aux habitants de réduire leur consommation, voir même déjà coupée l’eau courante dans certains quartiers populaires. Pour ceux qui ont encore l’eau du robinet, la consommation est limitée à 50 litres par jour et par personne. Exception faite pour les zones touristiques, les hôpitaux, crèches et maisons de retraite.

Situé au bord des océans atlantique et indien,la ville va mettre en service 3 usines de désalinisation. Cependant, les volumes ne seront pas suffisants. Puisqu’une usine produira 2 millions de litres d’eau par jour, là où la consommation est de 600 millions par jour

Vous aimerez aussi: Projet Esperanto sensibilise les enfants à l’environnement

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.