Yuka, Quel Cosmetic… Que valent les applis beauté comparatives ?

Auteur: aboneobio

Depuis quelques temps, les applications mobiles analysant les compositions des produits fleurissent. Produits alimentaires bien sûr, mais aussi cosmétiques sont concernés par cette tendance. Abonéobio fait le point.

applis beauté

Yuka, INCI Beauty, Quel Cosmetic… De plus en plus d’applications pour smartphones offrent la possibilité d’analyser les compositions des cosmétiques. Objectif : aider le consommateur à se repérer parmi tous les produits disponibles sur le marché en apportant plus de transparence.

Les algorithmes des applis beauté sont-ils adaptés à  la cosmétique?

Un produit cosmétique associe plusieurs ingrédients pour obtenir un produit fini qui répond à des attentes: laver, hydrater, protéger…Ainsi, le règlement cosmétique européen oblige chaque fabriquant à déclarer sa formule complète, ses pourcentages d’ingrédients, son process de fabrication, ses allégations, ses tests toxicologiques…Par conséquent se limiter à donner une note ou un niveau de risque uniquement sur les effets d’un ou deux ingrédients dans une formule n’est pas suffisant. Quelle est la quantité de cet ingrédient dans la formule? Avec quel ingrédient peut-il avoir une interaction? Tous les risques sont-ils pris en compte? Notamment au niveau des allergènes, il existe de multiple risque potentiel qui ne se limite pas à la liste des allergènes étiquetables obligatoires. Les quantités et les synergies entre ingrédients doivent être aussi prise en compte.

Pourquoi les applis beauté ne notent-elles que les ingrédients?

En cosmétique la composition est indiquée sur le produit d’une façon bien spécifique un mélange entre latin et anglais. C’est ce que l’on appelle la liste INCI. Cette liste d’ingrédients est indiquée selon une présence dégressive de l’ingrédient dans la formule. Donc le premier ingrédient est celui qui est le plus présent dans le produit, le second un peu moins etc…

Un ingrédient n’a forcement pas le même effet sur notre santé ou sur l’environnement selon sa quantité. Donc le risque ne doit pas être uniquement mesuré par la présence ou non d’un ingrédient mais bien sur le pourcentage qu’il représente dans la formule. Par exemple, le cocamidopropyl bétaine n’aura pas le même effet s’il est en seconde place que s’il est en cinquième place de la liste INCI. C’est bien pour cela que les tests d’irritation ou de toxicologie sont réalisés sur le PRODUIT FINI.

Mais alors comment choisir ses cosmétiques?

Aboneobio vous conseille de garder votre propre jugement, pour plusieurs raisons:

  • La mise à jour des appli beauté est compliquée. En effet un produit que vous achetez aujourd’hui était peut-être dans votre magasin depuis 6 mois. Sauf qu’il a peut être changé de formule depuis. L’application ayant eu l’information a mis à jour la composition mais qui du coup n’est pas la même que celle du produit que vous venez d’acheter!
  • Les sources littéraires et scientifiques qui ont permises de mettre en place ces différentes applications sont assez mal connues. Sont-elles fiables?
  • Nous n’avons pas tous les mêmes problématiques santé. Par exemple, je suis allergique à l’aloe vera. Je ne serais donc jamais alertée par ces applications puisqu’elles ne considèrent pas cet ingrédient allergisant.

Les applis beautés sont un bel outil pour nous accompagner dans la compréhension d’une liste d’ingrédients. Mais si vous êtes satisfait d’un produit, bio, écologique et qu’il répond à vos attentes, pourquoi forcement le jeter?

A lire aussi sur Aboneobio:

Bien choisir son shampoing

Le vernis à ongles est-il dangereux pour la santé?

Tatouage: de l’encre végane aux mentaux lourds

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *