Que valent les nouveaux labels alternatifs au bio?

Auteur: aboneobio

En France depuis quelques années, grâce à l’engouement pour le bio dans l’alimentation,  nous voyons fleurir un certains nombre de nouveaux labels alternatifs aux labels bio. Que promettent-ils vraiment? Sont-ils fiables? J’ai décidé d’en décrypter deux pour vous.

Haute valeur environnementale pour le vin, les fruits et les légumes

logo haute valeur environnementale

En 2008, le Grenelle de l’environnement a lancé l’idée de créer un dispositif permettant à l’agriculture de se munir d’un système public d’accompagnement et de reconnaissance environnementale. Ainsi la Commission Nationale de Certification Environnementale est créée.  Elle rassemble des représentants de l’État, de syndicats agricoles, d’associations agréées pour la protection de l’environnement, de l’industrie agro-alimentaire, de la distribution et d’organisations de consommateurs.

 

A la demande des vignerons, une mention est créé en 2012. Aujourd’hui de nombreuses filières utilisent cette reconnaissance qui se concentre seulement sur l’exploitation et non sur le produit. Ainsi, ce dernier répond à un cahier des charges mis en place par le CNCE. Il regroupe les thèmes de la protection de la biodiversité, du faible recours aux intrants phytosanitaire et aux engrais et d’une préservation de la ressource en eau. Enfin il se compose de trois niveaux dont le troisième est le niveau d’excellence qui permet l’utilisation du logo.

 

 

Cultivées sans pesticides pour les tomates

logo alternatif

Lancé en janvier 2019, ce label rassemble trois coopératives de tomates en Bretagne. Ils suivent un cahier des charges sur la production et la qualité. Celui-ci permet de commercialiser des tomates cultivées sans pesticides de synthèse. Il garantit l’absence de résidus de pesticides de synthèse en dessous > 0,01 mg/kg, ce qui correspond à la mesure minimale que les outils peuvent mesurer actuellement. Un résidu est définit par l’Autorité européenne de sécurité des aliments, comme une quantité mesurable de substance active. En dessous de 10 microgrammes il est difficile d’identifier la présence de pesticides. Ces doses sont bien sûr infimes mais l’on sait aujourd’hui que de nombreux pesticides utilisés dans l’agriculture sont des perturbateurs endocriniens. 

Alors, quelle est la méthode utilisée pour se passer d’insecticides? Salvéol qui est une de ces coopératives adhérentes, élève bourdons, petites guêpes et punaises dans un espace de 6500m2 pour lutter contre les insectes nuisibles.

 

On oublie les labels bio?

Pour conclure, je peux dire que ces labels permettent de changer progressivement les modes de production de nos aliments dans l’agriculture française mais ils n’ont pas le niveau d’exigence des labels bio. En effet, ces derniers répondent à des cahier des charges défini par la réglementation européenne. Les cahiers des charges interdisent par exemple totalement l’utilisation des pesticides et des engrais chimiques de synthèse. De plus, contrairement aux deux labels dont j’ai parlé précédemment les labels bio interdisent l’agriculture hors sol

Pour conclure, on peut noter l’émergence de l’agriculture responsable ou agro-écologique qui se présente comme intermédiaire entre le conventionnel et biologique.

Sans pesticides, sans nitrite, sans antibiotiques, sans OGM…Etes-vous sensible à cette tendance de la naturalité ?

Site internet des LABELS

Cultivées sans pesticides

Haute Valeur Environnementale

A lire sur Aboneobio

Les labels riment-ils avec confiance pour les consommateurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *